Comment aider ?

Vous voulez changer le monde ? Vous êtes au bon endroit ! Rejoignez W4 dans son action pour l'émancipation des femmes et des jeunes filles ! Vous pouvez donner à nos projets à travers le monde, créer votre équipe de levée de fonds, offrir vos services comme e-volontaire et/ou parler de nos actions autour de vous.

Comment aider ?

Choisissez un ou plusieurs projets qui vous tiennent à coeur dans notre portefeuille de projets à travers le monde, faites un don et suivez son impact sur le terrain : votre don peut changer, voire sauver des vies !

Comment ça marche ?

Créez votre propre super équipe afin de lever des fonds pour un ou plusieurs projets qui vous tiennent à coeur, puis invitez vos amis/collègues/famille à donner et à changer le monde à vos côtés ! Multipliez le bien autour de vous, multipliez votre impact !

Comment ça marche ?

Offrez à un ami / un collègue / un être cher un cadeau unique et inoubliable avec une carte cadeau W4 ! Quand vous offrez une carte cadeau W4, le destinataire de votre cadeau peut choisir le projet qu'il souhaite soutenir parmi de nombreux projets d'émancipation des filles et des femmes à travers le monde. Le destinataire va recevoir des informations régulières tout au long de l'année concernant ce projet, ainsi que des goodies W4 en lien avec le projet. Alors, offrez une carte cadeau W4 et diffusez beaucoup de joie et d’amour autour de vous !

WOWWIRE

Le blog

Rechercher

Ghada Hatem & La Maison des Femmes : Osons innover dans le combat contre les violences faites aux femmes

Claire Broussal

07/03/2017

 

Ghada, Fondatrice de Maison des Femmes Ghada Hatem, Médecin-Chef de la Maison des Femmes

 

Ghada Hatem est gynécologue et fondatrice de la Maison des Femmes, la première structure en France à offrir un parcours de soins aux femmes victimes de violences. En créant la Maison des Femmes, il y a plus d’un an, cette femme médecin à la volonté de fer a osé innover et s’attaquer à cette pandémie mondiale des violences faites aux femmes.

 

En 2011, Ghada Hatem accepte le poste de cheffe de service à l’hôpital Delafontaine de Saint Denis. Elle se doute alors qu’elle va devoir faire face à des situations difficiles, mais sans vraiment en mesurer l’ampleur. Très vite Ghada Hatem est confrontée à la grande précarité, aux parcours meurtris de femmes, qui pour certaines ont fui leur pays, victimes de la guerre, de mariage forcé, de violences sexuelles, d’excision (14% des femmes qui accouchent dans l’hôpital)…

 

La Maison des FemmesLa devanture de la Maison des Femmes, en Seine St Denis

 

Les besoins sont colossaux et les moyens à disposition ne sont pas adaptés et ne permettent pas de faire face à l’urgence de ces situations. 

 

Elle se lance alors avec détermination dans un projet ambitieux : la création d’une Maison des Femmes, adjacente à l’hôpital. L’hôpital accepte de lui fournir le terrain mais le plus difficile reste cependant à faire, rassembler les fonds pour la construction de ce bâtiment puis couvrir les frais de fonctionnement et de personnel. Pendant 3 ans, avec une volonté de fer, Ghada Hatem va frapper à toutes les portes (collectivités, fondations) pour permettre à ce formidable projet de voir le jour.

 

l'équipe de Maison des Femmes L’équipe pluridisciplinaire de la Maison des Femmes 

 

En juillet 2016, La Maison est inaugurée et accueille ses premières patientes. Cette structure singulière adopte une approche holistique en proposant un parcours coordonné aux femmes victimes de violences. Elles pourront ainsi être aidées par des médecins, des psychologues, des juristes, des travailleurs sociaux qui sont autant d’interlocuteurs clé dans leur parcours de guérison.

 

Ghada sait qu’il faut rester humble et patiente face aux situations complexes de ces femmes. Leur passage par la Maison des Femmes n’a pas toujours un impact immédiat mais ce lieu atypique permet d’apporter un accompagnement sur-mesure, qui est la clé pour retrouver l’estime de soi, et avancer sur le long chemin de la guérison. Ghada  le reconnaît : « on ne fait parfois que semer des graines, il n’ y a aucune garantie » mais s’insurge contre le défaitisme ambiant « il n’est pas vrai que l’on ne peut rien faire contre les violences faites aux femmes, on doit commencer quelque part et chercher à avoir un impact ».

 

La Maison des FemmesIllustration réalisée par Aline Bureau qui décore

l’une des salles de la Maison des Femmes

 

Elle a choisi de commencer ce combat en Seine St Denis, épaulée par une équipe en or mais il est certain qu’elle a fait germer une graine sur la scène nationale puisque comme le souligne Ghada, « cette maison est devenu un emblème humaniste » qui pourrait bientôt faire des petits. L’objectif serait à terme de créer une Maison des Femmes par département.

 

La Maison des Femmes L’inauguration en présence d’Inna Modja, marraine de la Maison des Femmes

 

Avec la Maison des Femmes, Ghada Hatem aujourd’hui a réussi son pari en créant un lieu unique en France où l’on « répare les vivantes » mais elle a besoin de votre soutien pour assurer la pérennité de ce lieu et continuer d’offrir de nouvelles perspectives d’avenir aux femmes victimes de violences. 

 

Retrouvez notre campagne de crowdfunding pour soutenir la Maison des Femmes.

 

 

Partager cet article

Une histoire à partager?

Contactez-nous
S'inscrire à la newsletter

Notre rédactrice en chef

Andrea Ashworth

est écrivain, journaliste et universitaire. Elle a étudié et enseigné à Oxford, Yale et Princeton. Andrea a écrit pour de nombreuses publications, comme Vogue, Granta, The Times, The TLS et The Guardian. Elle est l'auteur d'un bestseller international, La petite fille de Manchester (titre original : "Once in a house on fire") pour lequel elle a reçu un prix. Andrea cherche à sensibiliser l'opinion sur la violence conjugale et à promouvoir l'alphabétisation et l'éducation.

Close