Comment aider ?

Vous voulez changer le monde ? Vous êtes au bon endroit ! Rejoignez W4 dans son action pour l'émancipation des femmes et des jeunes filles ! Vous pouvez donner à nos projets à travers le monde, créer votre équipe de levée de fonds, offrir vos services comme e-volontaire et/ou parler de nos actions autour de vous.

Comment aider ?

Choisissez un ou plusieurs projets qui vous tiennent à coeur dans notre portefeuille de projets à travers le monde, faites un don et suivez son impact sur le terrain : votre don peut changer, voire sauver des vies !

Comment ça marche ?

Créez votre propre super équipe afin de lever des fonds pour un ou plusieurs projets qui vous tiennent à coeur, puis invitez vos amis/collègues/famille à donner et à changer le monde à vos côtés ! Multipliez le bien autour de vous, multipliez votre impact !

Comment ça marche ?

Offrez à un ami / un collègue / un être cher un cadeau unique et inoubliable avec une carte cadeau W4 ! Quand vous offrez une carte cadeau W4, le destinataire de votre cadeau peut choisir le projet qu'il souhaite soutenir parmi de nombreux projets d'émancipation des filles et des femmes à travers le monde. Le destinataire va recevoir des informations régulières tout au long de l'année concernant ce projet, ainsi que des goodies W4 en lien avec le projet. Alors, offrez une carte cadeau W4 et diffusez beaucoup de joie et d’amour autour de vous !

WOWWIRE

Le blog

Rechercher

Une solution innovante pour renforcer la santé maternelle : les « motos ambulances » de WAHA

Lilian Diarra

11/07/2013

La mortalité maternelle est une des causes principales de décès chez les femmes. Chaque jour, environ 800 femmes à travers le monde meurent des suites de complications liées à la grossesse et à l’accouchement. 99% de ces décès ont lieu dans des pays en développement, particulièrement en Afrique sub-saharienne et en Asie du sud selon l’Organisation Mondiale de la Santé . Pour chaque femme qui meurt, vingt femmes contracteront une maladie chronique, une infection ou une lésion du fait de l’accouchement. Tragiquement, ces femmes qui souffrent généralement de fistule obstétricale ou d’une autre complication post-partum débilitante n’ont pas d’autre choix que d’endurer leur mal en silence, et certaines sont parfois même stigmatisées au sein de leur communauté. 

 

Le 5e OMD est de réduire la mortalité maternelle de 75% d'ici à 2015

Avec le cinquième amendement des Objectifs du Millénaire pour le Développement, la communauté internationale s’est engagée à réduire la mortalité maternelle de trois quarts d’ici à 2015. Cependant, en dépit du recul substantiel de la mortalité maternelle dans le monde, à l’approche de 2015, il est inacceptable qu’un si grand nombre de femmes demeure à risque. La mortalité maternelle provoque des dévastations personnelles et familiales accablantes qui se répercutent aussi au sein des communautés de plus en plus vulnérables. Les femmes jouent en effet un rôle primordial dans l’agriculture de subsistance et sont de fait indispensable à la survie des communautés et de leurs traditions.

Les grossesses adolescentes contribuent de façon significative à ce phénomène. L’UNFPA (le fonds des Nations unies pour les populations) estime que 16 millions de jeunes filles donnent naissance avant l’âge de 18 ans, dont la majorité  dans les pays en développement. Les adolescentes enceintes font face à un risque accru de mortalité, de complications et de séquelles handicapantes, et leurs bébés sont eux aussi plus vulnérables. Cette année, la journée mondiale des populations (le 11 juillet) porte sur le problème des grossesses adolescentes. A significant contributor to both maternal and child mortality is teenage pregnancy. 

 

Heureusement, un certain nombre d’organisations internationales, d’institutions nationales de santé et d’autorités sanitaires combinent leurs efforts pour combattre la mortalité et la morbidité maternelles dans les zones les plus touchées. L’une de ces organizations, Women Health and Alliance International (WAHA) travaille inlassablement avec des partenaires en Afrique et en Asie non seulement pour mettre en place des solutions innovantes et durables mais surtout pour améliorer l’accès aux soins maternels et post-partum adéquats.  

 

Une ambulance moto pour lutter contre la mortalité maternelle dans les zones rurales

© WAHA, 2013

WAHA a identifié le fait que le risque de mortalité pour la mère et son enfant est fortement lié au temps écoulé avant de recevoir des soins appropriés lors d’une urgence obstétrique. Des obstacles, tels que des difficultés financières, des moyens de transport limités et de longues distances vers les structures de santé,  ont un réel effet dévastateur sur les femmes et leurs bébés et nécessitent des solutions  et des changements urgents. L’une de ces solutions a été développée par WAHA et  son projet de « motos-ambulances »  : une moto à trois roues est utilisée pour transporter non seulement le patient mais aussi un professionnel de santé et un proche – souvent membre de la famille. À la suite du premier déploiement, le design des « motos ambulances » a été revu pour améliorer la stabilité, la sécurité et le confort des patientes en se basant sur leurs remarques ainsi que celles des conducteurs et des professionnels de santé .

 

 

Ce procédé a été mis en place pour la première fois en 2010, dans la région sénégalaise de Kedougou et a atteint des résultats très convaincants.  En un an, le nombre d’appels pour les « motos ambulances » est passé d’un appel tous les 10 jours à deux appels tous les 3 jours. Les urgences obstétriques et les complications liées à la  grossesse représentaient 60% des cas et en moins d’un an, le nombre de naissances assistées par des professionnels de santé a atteint 40% des naissances, comme observé à Bandafassi, une province de cette région. 

 

Des téléphones portables pour lutter contre la mortalité maternelle dans les zones rurales

© WAHA, 2013

Pour garantir le fonctionnement fluide du projet, chaque communauté sénégalaise,  reproduisant ce modèle nomme des femmes qui aideront à son bon déroulement. Ces « marraines des communautés » sont ensuite formées pour faciliter la coordination des  « motos ambulances » dans des situations d’urgence, grâce à l’utilisation de téléphones portables prépayés issus de dons. Elles jouent aussi un rôle crucial dans la sensibilisation de pratiques sûres pour la santé maternelle et sont de véritables mentors et conseillères pour les femmes enceintes et les jeunes mères.

 

Cependant, de nombreux obstacles doivent encore être surmontés et le système a réellement besoin de soutien pour atteindre son potentiel maximum. L’un de ces obstacles est de trouver des conducteurs compétents dans des régions non sécurisées et potentiellement dangereuses, comme à Dadaad, foyer d’une des plus importantes populations de réfugiés au monde, situé au nord-est du Kenya. La peur constante de détournement et de kidnapping couplée avec la difficulté de trouver des pièces de remplacement pour les ambulances en cas de panne découragent les conducteurs potentiels. Afin de résoudre partiellement ce problème, WAHA travaille avec les centres de santé pour s’assurer que les conducteurs reçoivent une assistance technique adéquate et continue.

 

Une ambulance moto pour lutter contre la mortalité maternelle dans les zones rurales

© WAHA, 2013

Depuis sa création, en 2010, le projet des « motos ambulances » s’est largement répandu. WAHA a déjà fourni 186 « motos ambulances » à des villages au Niger, en Ethiopie, au Tchad, au Kenya et en Somalie. Aussi, d’ici à la fin 2013, WAHA a pour objectif de déployer un total de 429 motos parmi 20 pays, et ce, afin de continuer de lutter efficacement contre la mortalité maternelle et infantile.

 

Pour en savoir plus, visitez le site web de WAHA.

 

 

 

 

© Women’s WorldWide Web 2013

Merci de cocher la case au dessus

* Merci de reseigner les champs obligatoires.

Partager cet article

Une histoire à partager?

Contactez-nous
S'inscrire à la newsletter

Notre rédactrice en chef

Andrea Ashworth

est écrivain, journaliste et universitaire. Elle a étudié et enseigné à Oxford, Yale et Princeton. Andrea a écrit pour de nombreuses publications, comme Vogue, Granta, The Times, The TLS et The Guardian. Elle est l'auteur d'un bestseller international, La petite fille de Manchester (titre original : "Once in a house on fire") pour lequel elle a reçu un prix. Andrea cherche à sensibiliser l'opinion sur la violence conjugale et à promouvoir l'alphabétisation et l'éducation.

Close