Comment aider ?

Vous voulez changer le monde ? Vous êtes au bon endroit ! Rejoignez W4 dans son action pour l'émancipation des femmes et des jeunes filles ! Vous pouvez donner à nos projets à travers le monde, créer votre équipe de levée de fonds, offrir vos services comme e-volontaire et/ou parler de nos actions autour de vous.

Comment aider ?

Choisissez un ou plusieurs projets qui vous tiennent à coeur dans notre portefeuille de projets à travers le monde, faites un don et suivez son impact sur le terrain : votre don peut changer, voire sauver des vies !

Comment ça marche ?

Créez votre propre super équipe afin de lever des fonds pour un ou plusieurs projets qui vous tiennent à coeur, puis invitez vos amis/collègues/famille à donner et à changer le monde à vos côtés ! Multipliez le bien autour de vous, multipliez votre impact !

Comment ça marche ?

Offrez à un ami / un collègue / un être cher un cadeau unique et inoubliable avec une carte cadeau W4 ! Quand vous offrez une carte cadeau W4, le destinataire de votre cadeau peut choisir le projet qu'il souhaite soutenir parmi de nombreux projets d'émancipation des filles et des femmes à travers le monde. Le destinataire va recevoir des informations régulières tout au long de l'année concernant ce projet, ainsi que des goodies W4 en lien avec le projet. Alors, offrez une carte cadeau W4 et diffusez beaucoup de joie et d’amour autour de vous !

WOWWIRE

Le blog

Rechercher

Rencontre avec David M. Munyaga, producteur d’émissions radios visant à lutter contre le mariage des enfants

Equipe editoriale W4

12/09/2018

 
 

« Toutes les deux secondes, une fille mineure est mariée. Nous pouvons changer cela.

Ensemble, mettons fin au mariage des enfants ! » 

 

Notre partenaire de terrain, Radio Ondese, propose des solutions innovantes afin de lutter contre le mariage des enfants à travers l’usage des nouvelles technologies et l’implication des communautés. David M. Munyaga, fondateur de Radio Ondese nous explique dans cette interview comment lui et son équipe fournissent un travail exemplaire en RDC. 

 

David à la station radio

 

Pourquoi avez-vous choisi de sensibiliser la communauté à la question du mariage des enfants à travers la radio ?

 

Pour des journalistes qui travaillent dans des endroits reculés, la radio est l’un des outils de communication les plus efficaces qui permet de transmettre facilement un message et d’atteindre un grand nombre de citoyens. En effet, la radio est le seul média auquel les gens font vraiment confiance. Dans notre région en particulier, le mariage des enfants est monnaie courante et nous, en tant que journalistes, avons pensé que nous devions utiliser cet outil pour contribuer à lutter contre ce fléau qui gangrène l’est de la RDC. Selon un sondage réalisé en 2016 par une organisation locale, nous sommes la radio la plus écoutée de la région : plus de 150 000 personnes écoutent notre station chaque jour ; ce sont majoritairement des femmes car les dossiers sur les droits des femmes représentent 50% de nos émissions.

 

 

Avez-vous des stratégies pour sensibiliser les hommes à cette question ?

 

Nous organisons souvent des émissions participatives et des débats ; nous proposons des sujets auxquels hommes et femmes participent et interviennent en direct par appel ou SMS. Nous nous rendons également régulièrement sur le terrain, dans les villages, pour rencontrer les hommes dans leur maison et les interviewer. Dans le passé, il était assez difficile de réunir hommes et femmes pour discuter des questions de genre. Aujourd’hui, nous parvenons à mobiliser des interlocuteurs et à mettre en contact des hommes, des femmes, des parents et des jeunes gens qui s’intéressent tous à la lutte contre le mariage des enfants. Nous produisons et diffusons des émissions et des spots pour faire passer le message et sensibiliser la communauté à l’égalité entre hommes et femmes et, surtout, nous montrons aux hommes que les femmes ont les mêmes droits qu’eux.

 

Auparavant, la société considérait que la place des femmes était en cuisine ou aux champs et qu’elles ne devaient pas donner leur avis ni se mêler des affaires réservées aux hommes ; cette mentalité n’est plus systématique mais elle existe encore aujourd’hui. C’est pour cela que nous avons lancé cette campagne, pour emmener plus loin le travail déjà accompli et engager plus d’hommes à accepter l’idée selon laquelle la place d’une fille âgée de 15 à 17 ans n’est pas au foyer mais à l’école. Voilà la vision qui nous motive chaque jour.

 

 

Radio Ondese - W4

Un journaliste de « Radio Ondese » réalisant une interview

 

Qui invitez-vous à participer à vos débats et émissions publiques ?

 

En ce qui concerne les débats, nous nous déplaçons dans les villages alentours et invitons les leaders de la communauté, les chefs locaux ainsi que des femmes leaders à participer aux émissions. Ces émissions sont très appréciées des auditeurs car elles touchent les réalités locales et permettent aux gens de prendre la parole librement. Même les jeunes filles intimidées par les interdictions de leurs parents arrivent à s’exprimer et participent aux débats. 

 

Lors des émissions participatives, nous invitons des experts (femmes leaders maîtrisant bien le sujet, juristes, autorités locales ou politico-administratives…) et les auditeurs peuvent ainsi interagir avec eux en direct par SMS ou en appelant l’antenne. Chaque semaine, nous produisons au moins cinq émissions sur le sujet, en plus de spots d’une ou deux minutes diffusés quotidiennement, pour sensibiliser la communauté ou interpeller les parents, et faire comprendre que marier une fille avant 18 ans est punissable par la loi.

 

Nous rencontrons parfois quelques soucis, surtout quand nous allons dans les villages au sein desquels les chefs et les coutumes affirment que les filles doivent se marier avant 18 ans. Nous sommes alors obligés d’amener sur place des hommes politiques et des juristes, parfois même des pasteurs, pour nous aider à faire comprendre à ces chefs que leurs pratiques sont néfastes. Vous comprenez bien que le travail n’est pas facile. Parfois, nous recevons même des menaces mais quand nous voyons une fille de 12 ans déjà mariée ou une autre de 15 ans mère de trois enfants, nous savons pourquoi nous devons continuer.

 

 

Girls not Brides - W4

 

 

Avez-vous d’autres activités de sensibilisation relatives aux mariages des enfants au sein des communautés locales ?

 

En plus des émissions de radio, nous organisons des ateliers de formation destinés aux leaders des communautés et avons aussi créé des clubs d’écoute. Les ateliers nous permettent de renforcer l’effet de nos émissions, d’entendre les retours des auditeurs sur ce qu’ils ont appris à la radio et de les aider à mieux comprendre la problématique. Ces ateliers sont participatifs et permettent d’échanger sur la situation avec des experts et des jeunes femmes victimes de mariage précoce.

 

Les clubs d’écoute sont des groupes de discussion dédiés aux femmes et filles qui ont été victimes de cette pratique. Ces cercles de parole sont l’occasion de parler entre elles de leurs difficultés et de se soutenir au quotidien. Nous les formons et les encadrons sur différents sujets en leur expliquant qu’elles peuvent reprendre leur vie en main, aller de l’avant et se reconstruire. A travers les ateliers et clubs d’écoute, nous essayons de les accompagner dans ce processus de reconstruction psychologique.

 

Quels retours avez-vous eus de la part des filles et des femmes qui participent à vos activités ?

 

Nous recevons beaucoup de témoignages de leur part. Certaines jeunes filles dépensent même leurs crédits téléphoniques pour appeler la radio et dire combien elles bénéficient de nos activités ! C’est ce qui nous donne la force et le courage nécessaires pour avancer et nous prouve l’impact réel de notre travail au sein de la communauté.

 

La radio est l’un des moyens incontournables et des plus efficaces pour aider les jeunes femmes à revendiquer et faire valoir leurs droits dans l’est de la RDC, une région marquée par la guerre et les violences récurrentes. Nous espérons un jour pouvoir leur dire que cette pratique est révolue et qu’elles sont libres d’aller à l’école. Chaque don représente une contribution importante qui permet d’améliorer la vie d’une jeune fille. Une vie de plus qui peut être sauvée dans cette région.

 

Découvrez comment vous pouvez soutenir ce projet ici : Des émissions radio pour sensibiliser au mariage des enfants au Sud-Kivu (RDC)

 

 

Laissez un commentaire ici :

Merci de cocher la case au dessus

* Merci de reseigner les champs obligatoires.

Partager cet article

Une histoire à partager?

Contactez-nous
S'inscrire à la newsletter

Notre rédactrice en chef

Andrea Ashworth

est écrivain, journaliste et universitaire. Elle a étudié et enseigné à Oxford, Yale et Princeton. Andrea a écrit pour de nombreuses publications, comme Vogue, Granta, The Times, The TLS et The Guardian. Elle est l'auteur d'un bestseller international, La petite fille de Manchester (titre original : "Once in a house on fire") pour lequel elle a reçu un prix. Andrea cherche à sensibiliser l'opinion sur la violence conjugale et à promouvoir l'alphabétisation et l'éducation.

Close